• Ma passion ...

    En ce moment je fais du classement ... et je retrouve cet article que je remets en avant.

    Tiens ! Un tout p'tit carton qui tient dans une main !

    Ma passion ...

    Mon diplôme, le plus important pour moi ... et ma vie.

    En principe il faut trois ans d'études en "couture Flou" c'est à dire sur mesures, vêtements dames.
    Mais une seule année, en même temps qu'une seconde terminale, m'ont suffit pour décrocher ce petit carton ! j'ai toujours été douée avec les aiguilles, j'ai dû naître un dé au doigt ! 
    A l'école, l'apprentissage de la couture faisait partie des matières comme l'histoire ou les maths.

     
     Ce n'est que dans les années 90 que j'ai pu utiliser ce diplôme pour gagner vraiment ma vie, embauchée en tant que vendeuse-retoucheuse dans le magasin Pronuptia à Amiens, robes de mariée et toilettes de cérémonies.
    Il fallait être douée et rapide, pas le droit à l'erreur.
    Voici un exemple :
    La futur mariée doit commander sa robe longtemps à l'avance, elle fait taille 40, la robe arrive à une date proche du mariage. A l'essayage je découvre que la future mariée est ... enceinte ! pas le temps de commander une robe plus grande, c'est cette robe là et pas une autre. Je dois donc la passer de la taille 40 à la taille 46 ! avec mes aiguilles magiques je dois faire des miracles.
    J'étais quasiment seule à vendre et retoucher, je n'ai pas chômé pendant ces huit années mais j'étais dans mon élément, cela me plaisait. J'y ai vécu des moments inoubliables.

    Comme celui-ci par exemple :

    "Un soir, juste avant la fermeture du magasin entrent une maman, un papa, le futur marié et enfin la future mariée ... en fauteuil roulant, entièrement paralysée suite à un accident de la route. Cette jeune fille était d'une beauté à couper le souffle. Sa vie se termine, ses heures sont comptées et les amoureux veulent se marier ... avant.
    Mon jeune patron ne sachant que dire que faire, me les confie et me laisse seule avec cette famille éprouvée ...  et toute l'émotion qui l'accompagne.

    La belle demoiselle choisit la plus jolie robe. Il faut l'allonger délicatement sur ma grande et large table de couture, dans l'atelier qui est à l'abri des regards. On s'y met à quatre, puis il faut attendre un long moment que son corps ne tremble plus ... Avec la maman, je lui enfile la robe.
    Nous l'installons de nouveau dans son fauteuil roulant pour la conduire dans la boutique, devant la grande glace.
    Elle est si belle, la robe lui va si bien que mon patron, les quelques clients encore là, les parents, moi, tout le monde, nous fondons en larmes d'émotion, mais pas de tristesse car la mariée est radieuse et souriante, heureuse.
    Je regarde le plus rapidement possible ce qu'il faut faire comme retouches, elles sont nombreuses et impossible de lui mettre d'épingles et il n'y aura pas de deuxième essayage, trop pénible et douloureux pour elle.

    J'ai retouché cette robe avec grande minutie ... en pensant sans cesse à cette jolie jeune fille qui la porterait et l'importance pour elle et sa famille de ce mariage avec cette jolie robe en taffetas de soie. Mariage en urgence car ses jours étaient comptés..."

    Des histoires comme celles-là, il y en a eu beaucoup durant ces années dans le blanc, le tulle, les fleurs de soie. De grands moments de joie, d'autres plus difficiles, je devenais alors consolatrice, psychologue, discrètement cachée avec la mariée dans la grande cabine d'essayage. J'ai appris que pour certaines jeunes filles étrangères, le mariage est encore organisé par les familles.

    Oui, couturière est un métier, une passion, mais pas reconnu, payé au minimum même chez les grands couturiers.

    Cette matière a été supprimée à l'école depuis déjà longtemps.
    Et puis un soir, en écoutant les infos ...

    21.04.12--11-.jpg
     Je vois, j'entends, que dans cette usine Armor Lux de Quimper, ils sont en panne de couturières ! Pas de remplaçantes pour celles en âge de la retraite.
    Logique, on n'apprend plus à coudre à l'école, je me demande s'il y a encore une école de couture quelque part ? à présent tous nos vêtements sont confectionnés en Chine ou ailleurs.

    Vous qui aimez coudre, vous qui avez des doigts d'or, ne perdez pas espoir, la couture revient à la mode. Mais à Amiens, il n'y a plus qu'un seul magasin de tissus de vêtements, sans grand choix en plus. Il faut aller sur Paris. 

     

    21.04.12--1-.jpeg
    Le dé au doigt, je continue d'user mes aiguilles avec des broderies et autres.

    Ma passion ...

    Ma "Symphonie des chats"

     Caroline, ma cadette a fait aussi des études de couture, confection puis sur mesures. Etudes plus approfondies et plus longues que les miennes, à Laon dans l'Aisne, la seule école dans tout le nord de la France. Etudes complétées par des stages chez Christian Lacroix. Mais elle ne peut pas vivre de sa passion, son travail se passe devant un ordinateur, comme beaucoup. 

    Ma passion ...

    Aujourd'hui, 13 juillet 2020, je remets cet article en avant, il est important pour moi. Il raconte ma passion et celle de ma fille. C'était aussi le métier de ma mère, de ma grand-mère ... de mères en filles.

    Ma passion ...

    « Le Carré PERRET Deuxième ré-ouverture du Musée de Picardie »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    35
    Jeudi 16 Juillet à 11:03
    Quel beau billet de blog, il est très émouvant, tu en as vécu des choses étonnantes dans ce magasin.... Ma robe de mariée c'est maman qui me l'a faite( elle était couturière) en dentelle anglaise, c'était en 1980... Dans ma famille, il y a eu des festonnières, et autres petits métiers de la couture... et ma fille est styliste dans une grande enseigne de vêtements pour enfants... ;-) J'ai vu que vallée des vignes un magasin de tissus s'est ouvert, je ne sais si c'est pour les vêtements ou l'ameublement... ;-) Belle journée!
    34
    Jeudi 16 Juillet à 10:01

    Bonjour Annick !

     

    C’est un superbe article ! Bravo !

    Tu as bien fait de le remettre, il est très bien fait et pas flou du tout !  yes  yes  he

     

    Bonne journée !

     

    Pierre 

     

    http://rotpier.eklablog.com/

    33
    Mercredi 15 Juillet à 22:17

     je suis admirative du travail de qualité 

    J'avais une tante couturière et "culotière"  spécialité de l'époque 

     elle travaillait à Bordeaux 

    Ensuite arrivée en Auvergne 

    Elle m'a toujours habillée  et j'avoue que j'en étais très fière 

    Bravo à toi 

     

    32
    annie de cayeux
    Mercredi 15 Juillet à 20:30

    bonsoir Annick,

    la couture... apprise avec ma grand mère paternelle, un amour du travail bien fait, le bonheur de réussir, un peu de folie pour faire de l'inédit, elle m'a tout appris : j'en ai fait de la couture un plaisir, une récréation. J'ai toujours eu recours à la machine à coudre, ma première une Singer à pédale, alors après avec une éléctrique ....Là,à ton exemple j'ai cousu des masques, avec ton modèle, que j'ai distribué à mon entourage. Merci

    Hier j'ai vu ton FRACO en pleine page dans le journal, j'ai imaginé ta fierté, ton bonheur de voir ton fiston dans le journal.

    bisous et bonne soirée,

    ps  je ne fais plus trop d'ordi en ce moment, problèmes de vue, catarracte  en cours

    31
    Mercredi 15 Juillet à 18:52
    FéeLaure

    Coucou du soir, je repasse pour revoir ton billet et j'avais oublié de te dire que ta broderie de la symphonie des chats est une merveille ♥

    Gros bisous et douce soirée Annick

     

    30
    Mercredi 15 Juillet à 12:08
    FéeLaure

    Coucou Annick

    Je connaissais bien cette partie de ta vie dont tu avais déjà parlée. Un billet riche en émotions, j'aimerai savoir coudre j'avoue, même un bouton me pose souci ! alors que ma grand mère maternelle se faisait des vêtements, ma soeur a hérité ça d'elle.

    Douce journée et gros bisous

    29
    Mercredi 15 Juillet à 10:19

    le bibi du mercredi en espérant que tu vas de mieux en mieux...

    on attendait de la flotte hier , mais rien, juste un pipi d'oiseau qui n'a pas du tout arrosé le jardinet de maman, du coup il a fallu arroser hier soir !!!

    aujourd'hui couvert et là ça se lève, il va faire des températures normales, je vais en profiter pour continuer mon rangement à l'appartement, hier j'en ai mis un bon coup.

    ça vient, doucement mais ça va vient, je fais gaffe à mon genou, hier soir ça me titillait, en plus ces maudits étages n'arrange pas mes affaires mais il n'y aura jamais d'ascenseur, on nous l'a déjà dit, inutile d'espérer !!!

    je t'embrasse bien fort, une bonne journée à toi ma belle et un gros bizou flO.

    28
    Mercredi 15 Juillet à 09:16

    Bonjour Annick,

    Je viens de lire ce beau billet qui nous démontre , le destruction de certaines professions . Car depuis l'arrivé du progrès , la course à la mondialisation et le voilà gagner plus.

    L'apprentissage a fuit notre pays petit à petit,  car acheter le tout fait a envahi  notre pays et en plus pas cher . Aujourd'hui encore et comme on n'a plus d'apprenti sur ses différents métiers c'est le chômage car les gens sont sans qualification pour les entreprises qui relocalise   .

    Merci pour ce beau partage

    Amitiés  

     

    27
    Mardi 14 Juillet à 18:03

    Bonjour Annick

    Tu pourrais écrire un livre et raconter comme les deux histoires dont celle de la jeune femme accidentée et qui devait se marier .

    Beaucoup d'émotion dans ton récit , j'ai beaucoup aimé .

    Et félicitations pour tes talents de couturière .

    Je ne savais pas cette expression " Couture flou "

    Bises

    26
    Mardi 14 Juillet à 16:45

    bonjour Annick , ah oui que de beaux souvenirs et aussi des moins drôles 

    mais la vie est ainsi faite !   bravo pour ce que tu as faite !!

    gros bisous belle semaine A +

    prend soin de toi et profite ++++

    Dé à Coudre Personnalisé Avec Photo

    25
    mamiecatou
    Mardi 14 Juillet à 13:46

    hello annick, ma mère aussi était couturière ,sa mère n'aimant pas coudre ,elle l'a mise d'office à la couture ,à l'école aussi où elle a passé son cap , elle fut même retoucheuse de bas , puis elle fit de la couture en indépendante,des heures et des heures à la machine, elle copiait magnifiquement les manteaux de Courrèges,  elle m'a fait un beau manteau en poil de chameau ( pas remarquée la petite fille à l'école!!!) , et puis ces plus belles réussites ce furent toutes ses robes de Mariée , pour les Bourgeois de Roubaix , de Lille, la sienne ,pour ses belle soeur, aussi ma belle soeur (robe de sissi impératrice) et la mienne fut une robe de soirée de chez Torrente qu'elle a transformé avec une petite traîne ,en organdi ,5 jupes de taille croissante bordées d' un galon de soie , trés fines,assez droites et montées sur un chemisier à manches longues et col ......et oui pas de décolleté car obligé de composer car j'étais faite comme une bouteille de stout : 38 sans poitrine en haut mais 42 en bas , un triangle!!!!!!  et puis le buste été doublé car mon futur était hyperjaloux ,

    ah si je peux je t'envoie des photos  il faudrait que je les scannerise un de ces jours !!!! 

    bonne continuation chère Annick

    24
    Mardi 14 Juillet à 06:45

    Belle article, la couture en toi bravo.

    moi aussi j'ai appris et a broder à l'école, j'ai fait 1 coussin, 1 napperon, 1 chemise de nuit, tout mes jeudi après midi durant mes année primaire de la couture, mais a ma naissance on a oublié de me mettre ce fameux dé que tu à reçu, alors la couture! oui je sais coudre et les points appris me revienne, couture à la main sans machine oui oui je m'en souviens comme d'une torture oups!

    alors bravo a toi et a ton travail

    bises amicales

    23
    Mistigris34
    Lundi 13 Juillet à 21:32

    hello ! le mien de carton comme le tien est "enseignement ménager" même format et chez les soeurs (dominicaines) on apprenait  tout cela en plus du "cap comptabilité" ! donc j'ai les deux et ils m'ont bien servi, avec trois filles il fallait faire les robes, jupes et autres vêtements, comme ma soeur elle a celui comme toi et a travaillé chez Dior (petite main !!!)

    elle m'a appris bien des astuces et surtout les coutures ouvertes que tu peux modifier si nécessaire, pas celles de maintenant  impossible de faire des retouches avec !!

    et comme ma grand'mère m'avait appris le tricot....! là ma machine est en réparation car la pôvre elle a pas aimé faire des masques !(Singer futura 3000) j'avais investi..et elle a 19 ans ! mais je ne l'aurais que fin septembre because congés du réparateur !

    bon j'espère que toi la santé çà va, que les cigales ne te cassent pas trop les oreilles comme ici, et qu'il fait soleil quand même , je t'embrasse, MIAOU !!!

    22
    Lundi 13 Juillet à 20:13
    On sent que tu as aimé exercer ton métier. Je crois que cette année avec ce virus beaucoup de machines ont été remises en route, et qui sait à su donner des vocations.
    À. : )
    21
    Lundi 13 Juillet à 17:46

    et c 'etait celui de ma gd mère, qui a vecu de son métier, elle disait c'est une chance d'exercer un métier qui plait !!! dieu qu'elle avait raison..

    ça ne m'étonne pas que cela te plaisait , ça doit être très agréable de retoucher une robe de mariée et que d'émotions, quand tu as as fait celle de la personne en fauteuil !!!

    ya  des histoires gaies mais aussi des tristes, pauvre femme , l'important etait qu'elle soit la plus belle ce jour là !  un métier de coeur que tu as fait !!!

    espère que tu vas mieux annick , que tu arrives mieux à manger, un peu de tout, faut le temps je pense, il fait chaud aujourd'hui 28° j'ai été à la balnéo ce matin , j'ai encore une séance et après ils ferment le cabinet, mais je crois que je n'irai plus, car j'ai eu une mauvaise surprise, le mois dernier j'ai payé 4 séances, normalement le kiné m'avait dit vuos serez remboursés assez vite, sauf que j'ai eu 0.11 centimes d'euros, que des franchises médicales, et autres trucs .. folle que j'etais, comme les médecins me font le tiers payant, n'ont pas pu se rembourser sur les visites, du coup février, mars, avril, mai, juin, vlan ça m'a fait mal.. bref, je vais voir.. car ça me fait le plus grand bien mais bon 100 euros on bouffe avec ça !!! ça va que je suis chez maman hein.. elle ne va pas me laisser mourir de faim lol..

    allez un gros bizou ma belle et une bonne soirée, calme je suppose puisque les feux d'artifice sont annulés, tant mieux, horreur des pétards, et plein de gens y seraient allés s'agglutiner les uns sur les autres !!! je t'embrasse bien fort, bibi flo

    20
    Lundi 13 Juillet à 17:27

    oh un superbe article très touchant, tant pour ta propre histoire que ces anecdotes que tu nous narres avec amour et tendresse; tu devrais en faire un recueil....tu as des doigts de fée, je t'envie, moi c'est pas mon truc du tout, même à l'école....c'est un de mes plus grands regrets. bises.celine

    19
    Lundi 13 Juillet à 17:11

    Quelle belle passion Annick

    Partager cette passion de génération en génération c'est formidable

    De beaux et émouvants souvenirs.

    Je ne savais pas coudre et pour faire des masques j'ai acheté une machine à coudre et je me suis lancée, beaucoup de progrès à faire, mais j'aime

    Bon après-midi

    Gros bisous

    18
    Lundi 13 Juillet à 16:49

    Merci Annick pour ce billet sur ta passion et les  souvenirs émouvants  que tu  nous partages  . La couture oui n'est plus enseignée à l'école, un tort je me demande bien pourquoi , on aura toujours besoin de savoir faire un ourlet , de recoudre des boutons ou d'intervenir sur un accroc , oui mais voilà le consumérisme est passé par là , et maintenant on jette plutôt que réparer .

    Mais je crois qu'elle n'a pas dit son dernier mot et qu'elle va revenir en force cette matière .

    Bonne fin de journée 

    Bises 

    17
    Lundi 13 Juillet à 16:00

    Bonjour Annick

    J'ai le coeur serré après avoir lu l'histoire de cette jeune femme gravement blessée, que s'est-il passé ensuite pour elle... je pose un voile de discrétion sur cette suite que je n'ai pas à connaître. Le destin est souvent cruel. 

    Bravo à toi pour ton talent de couturière (je suis rouge de honte car je ne sais pas faire ne serait-ce qu'un point de couture !)

    Durant le confinement on entendait certains dire à la télé qu'il faudrait relocaliser le travail... donc justement, la couture, la confection de tous les vêtements est un travail qui pourrait revenir en France, on n'en entend plus parler de ces relocalisations ! paroles paroles paroles...

    bisous

    Am

      • Lundi 13 Juillet à 17:23

        Nous savions que ses heures étaient comptés, d'où la rapidé où tout cela s'est déroulé, la vente, l'essayage etc... d'où cette immense émotion.
        Jamais je n'oublierai bien évidemment.

    16
    Lundi 13 Juillet à 15:55

    Bel article. Ma grand-mère, ma tante et ma mère, cousaient, brodaient et tricotaient. J'ai hérité d'une petite partie de leurs savoirs mais pas celui de la couture : je brode, je tricote. Mes doigts ont besoin d'être occupés. J'ai appris à coudre à l'ancienne au collège en 6ème et 5ème ensuite la dame qui s'occupaient de nous est partie en retraite et j'ai oublié une partie de ce qu'on faisait. Mais j'aime toujours, les tissus, les fils et la laine. Bonne journée, bises

    15
    Lundi 13 Juillet à 15:36

    Je l'ai bien connu ce magasin à Amiens. 

    C'est un beau métier, je ne suis pas douée pour la couture mais je suis une véritable gauchère donc j'ai toujours eu des difficultés pour faire les travaux manuels comme les autres. 

    A l'entrée au CP j'essayais d'écrire de droite à gauche comme les arabes donc la couture, le tricot et autres travaux d'aiguilles n'étaient pas pour moi. 

    J'ai beau avoir passé un BEP de sténo-dactylo si je ne corrigeais pas mes textes beaucoup de lettres seraient inversées.

    Bises

    14
    Joele
    Lundi 13 Juillet à 13:45

    Bonjour !

    Merci pour ce bel article sur ta passion et ce joli partage qui m'a emu.

    Amicalement ++

     

    13
    Lundi 13 Juillet à 11:08

    Un très bel article et je comprends ton émotion devant ces souvenirs . c'est un si beau métier !
    Je fais aussi partie de la génération qui avait des cours de couture à l'école et si je ne m'en suis servie que dans ma vie privée , cela me fut très utile . 

    Bises 

    12
    Lundi 13 Juillet à 11:04

    L'histoire de la jeune paralysée est particulièrement émouvante... de beaux moment, mais si tristes...

    C'est un beau métier la couture et c'est dommage qu'aujourd'hui on soit si pressés de faire du fric et qu'on laisse le travail aux machines ou... aux Chinois !

    Françoise aime coudre et se débrouille très bien, sans être d'un niveau professionnel comme toi et ça me permet d'apprécier les nombreuses difficultés qui se présentent pour chaque ouvrage...

    J'ai beaucoup aimé ton article !

    Gros bisous et bonne journée

    11
    Olivier BONDOIS
    Lundi 13 Juillet à 11:03

    Bonjour,

    Oui, le savoir-faire de la couture se perd !

    C'est vraiment dommage car Amiens était en pointe (sans mauvais jeu de mots ! ) dans ce domaine !

    Au début du vingtième siècle, mon bisaïeul paternel, Charles BUIGNET (1883-1936), et son frère, l'oncle Anatole (1877 - 1975); étaient coupeurs de velours ; leur mère, Marie, Aimée DUPONT (1852-1940) était couturière (spécialisée paraît-il dans les culottes !)

      • jpduburcq
        Lundi 13 Juillet à 23:47
        jpduburcq

        Hélas, tout cela est parti pour des raisons de coût !...

        Amiens a perdu son savoir-faire et les "petites mains" ont perdu leurs emplois.

      • Lundi 13 Juillet à 13:28

        Merci pour cet historique, Amiens et son célèbre velours !

    10
    Lundi 13 Juillet à 10:53
    Maman avait appris "culottière" !
    Toute une époque.
    Douce semaine Annick, très gros BISOUS, des ronrons de Gypsy.
    9
    jpduburcq
    Lundi 13 Juillet à 10:17
    jpduburcq

    Bonjour Annick, tu as un diplôme bien connu à la maison puisque Evelyne, mon épouse a obtenu exactement me même "flou"

    Bises et à bientôt

    8
    Lundi 13 Juillet à 10:15

    Certains métiers disparaissent, hélas !

    J'ai adoré coudre... je le fais moins, mais je le regrette.

    J'espère que cette passion continuera à être partagée, et que comme le tricot la couture reviendra à la mode.

    Passe une douce journée.

    7
    Jo
    Lundi 13 Juillet à 10:08
    Ce dé à coudre en fin d'article m'aurait mis la larme à l'oeil... Moi aussi j'aimais la couture. A l'école normale de filles à Amiens, couture jusqu'au Bac. Et en sortant, on était capable de se faire une jupe, une robe, un chemisier (ah! le col, les boutonnière s ...!!!). Cela m'a toujours servi tout au long de ma carrière (directrice d'école maternelle). Que de bons souvenirs! Mais c'est vrai que ma machine à coudre ne sort plus très souvent...
    Bisou amical Jo
    6
    Lundi 13 Juillet à 10:06

     Bonjour d’Angers,
    Des reportages émouvants ! ...
    Bonne journée … Amicalement … Claude  

    5
    Lundi 13 Juillet à 10:06

    Un bel article, touchant et que j'apprécie.

    Oui un métier qui se perd mais on peut garder espoir, on aura toujours besoin de savoir faire manuel, peut être plus rapidement que l'on ne pense.

    Bonne journée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :